Yonne: il chasse le sanglier dans sa voiture en pleine nuit

0
275

Un chasseur de l’Yonne encourt des poursuites ce mercredi: il est soupçonné d’avoir voulu chasser un sanglier en pleine nuit et à bord d’une voiture. Les forces de l’ordre ont retrouvé l’animal découpé dans le congélateur du conducteur.

Il devrait apprendre s’il est poursuivi ce mercredi 19. Un homme a été entendu après avoir tué un sanglier depuis une voiture et en pleine nuit à Mézilles, dans l’Yonne, dans la nuit de dimanche 2 à lundi 3 décembre dernier.



Ce sont les riverains qui, alertés par ces tirs en pleine nuit, ont prévenu l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Les faits se sont déroulés vers 22h ce soir là, sur une petite route de campagne en direction de la Puisaye selon L’Yonne Républicaine. Deux hommes rentraient d’une partie de chasse ayant eu lieu Chevannes non loin de là.




Le fils du passager, mineur, était aussi présent dans le véhicule. Chemin faisant, le père de famille de la voiture aurait aperçu un sanglier. Sans même descendre il aurait alors fait feu à plusieurs reprises pour tuer l’animal.

Après des appels alarmés des riverains, l’ONCFS a donc directement ouvert une enquête qui a mené dès le lendemain à une perquisition chez le conducteur de la voiture.

Chez lui, les membres de l’ONCFS accompagnés de gendarmes ont découvert un sanglier découpé dans son congélateur. L’arme qui a servi à tuer l’animal a aussi été retrouvée. Le tout a été saisi.

Quant au passager de la voiture, qui est soupçonné d’avoir tiré, il a aussi été entendu tout comme son fils. Le parquet d’Auxerre s’est saisi de l’affaire et une décision devrait être prise ce mercredi: le quadragénaire suspecté d’avoir tué le sanglier risque quatre ans de prison et 60.000 euros d’amende.

« L’enjeu de cette histoire n’est pas le tir sur le sanglier. C’est davantage le fait d’avoir une personne qui fait usage d’une arme, de nuit, sur la voie publique, en utilisant une voiture. Il y a des risques et un sentiment d’insécurité pour les autres », a expliqué Jean-Luc Grandadam, responsable de l’ONCFS de l’Yonne.

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.