Visite nus du Palais de Tokyo une expérience insolite

0
944

Le palais de Tokyo a, pour la première fois ouvert ses portes à une visite entièrement nu. Un énorme buzz pour une expérience insolite qui a séduit la plupart de ses participants. Notre reporter, sans chemise, sans pantalon, était parmi les élus.

Tout de suite on sent les novices, ceux qui sont venus pour le « fun » et l’expérience et ceux qui ont fait ça toute leur vie. Dans le vestiaire prêté par le palais de Tokyo, alors que les vieux routiers militants du naturisme libre, membres de l’ANP ou de l’APNEL, font sauter chemises et shorts, deux amies sont encore hésitantes.

Juliette et Rebecca ont une vingtaine d’années, et sont toutes les deux étudiantes, l’une en cinéma, l’autre en lettres modernes. Elles ont laissé tomber le haut, enlevé leurs pantalons et se regardent, en culotte, gloussant vaguement, mi-gênés mi-vantardes. « Vas-y, toi ». « Tu vas le faire ? C’est trop bizarre ». Elles sont venues, confesseront-elles plus tard, quand cette timidité des débuts aura cédé la place à une aisance amusée, « pour essayer » dit l’une, parce que « ça m’a trop éclaté quand j’ai vu ça sur Facebook » dit l’autre.

Plus tard, elles riront, beaucoup, un peu trop fort. Mais pas encore. Et puis Juliette se décide, enlève sa culotte, la jette dans son sac et s’assoit vite sur un des canapés du vestiaire, en croisant bien les jambes. Rebecca aura plus de mal, et ne se délestera de l’ultime bout de tissu que quand, vraiment, il faudra y aller.

Militants du naturisme urbain

Nul ne se doutait en lançant cette galéjade non dénuée d’arrière-pensées prosélytes qu’elle prendrait cette ampleur. Depuis deux ans, la très active ANP (éassociation des naturistes de Parisé) multiplie les initiatives en faveur du naturisme urbain : obtention de la zone naturiste du bois de Vincennes, ouverte cette année pour six mois, ouverture du restaurant naturiste « O naturel », organisation régulière de bowlings naturistes…. Et aujourd’hui cette proposition, née à l’initiative du palais de Tokyo, de visiter nu pendant une matinée les expositions en cours.

En cas de succès, un « win win » : pour le musée, c’est un buzz mondial, pour le naturisme une nouvelle fissure dans le mur dressé par les « nudophobes », ceux qui à l’instar de la loi continuent d’assimiler nudité publique et exhibition sexuelle. Le succès a été là d’emblée : en moins de temps qu’il n’en faut à Beyoncé pour remplir le Stade de France, les 161 places proposées sur Facebook ont été réservées, et 30.000 personnes ont manifesté leur intérêt.



Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.