Cet ouragan, considéré comme le plus violent qui ait frappé directement le Japon depuis vingt-cinq ans, a touché le sud-ouest du pays, perturbant les transports et l’activité des entreprises.

Des vagues gigantesques et des vents titanesques : le sud-ouest du Japon est balayé, mardi 4 septembre, par Jebi, un puissant typhon, considéré comme le plus violent qui ait frappé directement l’archipel depuis 25 ans. Les médias locaux ont fait état de deux morts et d’une centaine de blessés après le passage du cyclone Jebi, le 21e de la saison en Asie, qui a plongé le pays sous des pluies diluviennes et des vents violents, avec des rafales qui ont atteint 220 km/heure par endroits.




De nombreux habitants ont été appelés à quitter leur logement dans des zones inondables ou susceptibles d’être touchées par des coulées de boue: les autorités ont ainsi recommandé aux quelque 1,2 million d’habitants de rejoindre des refuges et 16 000 autres ont reçu l’ordre de partir, même si cette injonction n’est pas contraignante.

Un pétrolier s’est retrouvé encastré dans le tablier du pont conduisant à l’aéroport international du Kansai, près d’Osaka. Cet aéroport, construit en mer, a été inondé et fermé après que le sous-sol et les pistes ont été envahies par les eaux, a précisé à l’AFP un responsable du ministère des Transports.

Des images de télévision montrent des échafaudages démontés par le vent, des arbres à terre, des devantures de magasins arrachées, des poteaux tordus, des rues inondées, des camions renversés et une mer déchaînée. A Osaka, une grande roue de 100 mètres, pourtant à l’arrêt, semblait incontrôlable, tournant à la seule force du vent.



LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.