Val-d’Oise : six mois ferme pour avoir tué son chien de 14 coups de couteau

0
2145

Ivre, l’homme s’était acharné sur l’animal, en mars dernier à Seraincourt, avant de le jeter dans une poubelle.

Ses voisins avaient entendu les gémissements du chien à travers les murs. Carlos P. avait lardé de 14 coups de couteau son berger allemand, chez lui, à Seraincourt (Val-d’Oise), avant de jeter le cadavre à la poubelle. Il a été condamné ce lundi à 6 mois de prison ferme par le tribunal. Cet homme de 47 ans absent à l’audience du tribunal correctionnel, a été reconnu coupable d’acte de cruauté envers un animal domestique.

Il devra aussi verser 500 € à chacune des trois associations de défense des animaux qui se sont constituées partie civile, la SPA, l’association Stéphane Lamart et la Fondation Assistance aux animaux. Le tribunal lui a enfin interdit définitivement de détenir un animal domestique, suivant à la lettre les réquisitions du parquet. « C’est la peine la plus importante pour nous après les souffrances que son chien a endurées », confie à l’issue de l’audience Me Maryse Bierna, conseil de la fondation assistance aux animaux.

Du sang partout sur les murs

L’affaire avait débuté le 9 mars dernier lorsqu’un habitant de la résidence de la rue de Montcient, à Seraincourt, découvre le cadavre sanguinolent du chien dans le local poubelle. Les gendarmes sont alertés, frappent à la porte du maître, sans obtenir de réponse. Ils ouvrent l’appartement et le retrouvent prostré sur son canapé, en état de choc. Alcoolisé, il reconnaît néanmoins tout de suite avoir tué son chien. Sur les murs et sur le sol de l’appartement, il y a des traces de sang partout. Un couteau ensanglanté est également saisi, la lame tordue par la violence des coups.




« J’ai bien compris que j’avais dépassé les bornes », lâche-t-il en audition, le 27 mars, après avoir été hospitalisé en psychiatrie. Le soir des faits, il rentre à la maison vers 17 heures après avoir effectué des courses. En ouvrant la porte, l’animal lui saute dessus, le griffe. Lui se saisit du couteau. « C’est l’alcool qui m’a fait réagir », indique-t-il aux gendarmes. Il lui porte un violent coup de couteau dans le dos avant de lui en porter d’autres, notamment au cou. Il évoque le souci d’abréger les souffrances du chien dont l’autopsie a révélé 14 plaies par arme blanche. Et s’il avait l’intention d’enterrer sa chienne le lendemain, il la jette dans une poubelle des parties communes le soir même avant de se cloîtrer chez lui.

Menaçant avec ses voisins

Ses voisins ont évoqué un homme agressif, qui les insulte voire les menace de mort lorsqu’il est ivre. L’expert a estimé qu’il ne présentait pas de pathologique psychiatrique mais décrit un homme « alcoolique, impulsif et instable ». Déjà connu, il sera prochainement convoqué pour effectuer ses 6 mois de prison qui sont aménageables. L’incarcération le guette s’il évite de nouveau son rendez-vous avec la justice.



Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.