Urgences : un patient de 72 ans passe 120 heures sur un brancard du CHU de Saint-Étienne.

0
193

Un homme de 72 ans a dû attendre 120 heures sur un brancard avant de quitter le CHU de Saint-Étienne mardi. Un exemple qui alerte sur la situation des urgences.

120 heures, allongé sur un brancard, soit cinq jours complets. C’est ce qu’a dû subir un homme de 72 ans mardi 30 juillet au CHU de Saint-Étienne, soulignant encore les difficultés dans les urgences hospitalières. Franceinfo, qui a dévoilé l’information mercredi, souligne que des patients restant plus de 70 heures sur des brancards ne sont pas rares. 

En grève depuis la mi-mars, les urgentistes s’alarment du manque de lits, provoquant régulièrement des situations de ce type. « 120 heures sur un brancard, c’est un record », regrette auprès du site de BFMTV François Braun, médecin et président de l’association Samu-Urgences de France. Selon le personnel du CHU de Saint-Étienne, à 10 heures le 30 juillet, 51 personnes malades sur des brancards étaient susceptibles d’y rester encore plus de 90 voire 107 heures. 




Mission nationale en novembre

Début juillet, plus de 200 services étaient toujours en grève, selon le collectif Inter-urgences. Ce dernier dénonce notamment le manque de lits conduisant aux « hospitalisations brancard », un point que doit aborder le rapport d’une mission nationale prévu pour novembre. Le collectif demande également plus d’embauche et des hausses de salaires, malgré des avancées locales.  

Mi-juin, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait annoncé 70 millions d’euros pour financer une prime de risque de 100 euros net mensuels pour les personnels des urgences et faciliter les recrutements dans les services en tension cet été, sans satisfaire les grévistes qui ont battu le pavé début juillet. 

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.