Une vidéo choc captée par des caméras de sécurité pour une scène de violence conjugale mortelle.

0
1059

Au Brésil, le comportement violent d’un homme à l’égard de sa conjointe a été largement exposée suite à la diffusion d’une vidéo filmée par une caméra de surveillance qui a pris des proportions virales sur le web.

L’horrible scène qui a été captée par une caméra de surveillance se serait produite le 22 juillet dernier. Or, ce n’est qu’à partir du 5 août que la vidéo a commencé à circuler, suite à sa diffusion sur les ondes de la télévision brésilienne.

Depuis que la vidéo a fait son apparition sur le web, celle-ci s’est propagée un peu partout sur les réseaux sociaux, faisant ainsi son chemin jusqu’aux quatre coins de la planète.

L’agresseur qui est exposé par la vidéo se nomme Luís Felipe Manvailer et il s’agit d’un biologiste de 32 ans.




Dans la vidéo, la femme qu’il roue de coups est son épouse, une avocate de 29 ans nommée Tatiane Spitzner avec qui il est marié depuis 5 ans.

Au début de la vidéo, on voit tout d’abord Manvailer frapper sa conjointe dans leur voiture alors qu’ils se trouvent au niveau d’une rue de Guarapuava, une ville qui se situe au sud du Brésil.

L’automobile se gare, puis Manvailer poursuit sa conjointe jusqu’à un ascenseur dans lequel il la frappe à nouveau avant de la pousser sur un des murs de la cage d’ascenseur.

Pour ajouter à l’horreur de la vidéo, Spitzner serait décédée une vingtaine de minutes plus tard, après qu’elle ait fait une chute mortelle d’un balcon situé au quatrième étage.

Manvailer prétend n’avoir aucune implication dans la mort de Spitzner, mais des images filmées par une autre caméra de surveillance montre clairement que l’homme est allé récupérer le corps de sa conjointe afin de le ramener à son domicile. L’homme aurait ensuite changé de vêtements et tenter de prendre la fuite avant l’arrivée des policiers.

La présidente de l’antenne brésilienne d’Human Rights Watch, Laura Canineu, a affirmé lors d’une entrevue accordée au New York Times: « La vidéo montre juste les niveaux de violence que nous avons documenté. Le Brésil doit apprendre que la plupart de ces affaires peuvent être évitées. Il est très rare qu’un meurtre soit le premier cas de violence. »



Les médias locaux ont rapporté que lors de l’attaque contre Spitzner dans l’ascenseur, des voisins auraient entendu les hurlements de la femme, mais personne ne serait intervenue afin de l’aider.

Rappelons enfin qu’une étude menée en 2012 avait démontré que le Brésil était le septième pays au monde avec le taux le plus élevé de féminicide.

Voici la vidéo qui a dévoilé cette sombre histoire

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.