Un ancien gendarme sauve deux chiens affamés, assoiffés et attachés au bord d’une rivière

0
2049

Montaigut-sur-Save (31)

Deux jeunes chiens, croisés golden retriever et labrador, doivent leur vie à Bertrand Maury. Ce retraité de Lévignac-sur-Save, ancien gendarme, les a retrouvés il y a quelques jours alors qu’ils étaient attachés à une grosse souche d’arbre, dans le lit de la Save, du côté de Montaigut-sur-Save en Haute-Garonne.



« Je me promène souvent le matin dans ce coin isolé, sur un chemin au bord du cours d’eau, avec mon propre chien, je n’y croise personne. Un jour, j’ai entendu des aboiements au loin, j’ai cru qu’il s’agissait de chiens de chasse, je suis donc parti. J’y suis retourné le lendemain, et grâce à leurs gémissements, de véritables appels au secours, je les ai retrouvés au bord de la rivière, les pattes dans l’eau. Transis, apeurés, ils étaient enchaînés l’un à l’autre et n’avaient que 15 centimètres chacun pour bouger. Comment rester insensible face à une telle détresse ? Un ami est revenu avec moi pour m’aider à les secourir, nous avions pris une corde pour ne pas risquer de tomber dans la rivière » raconte Bertrand Maury.

La SPA joue les relais

Les chiens étaient visiblement affamés et assoiffés depuis deux ou trois jours. « Ils étaient très gentils, contents de me voir. J’ai pu les libérer facilement, ils m’ont suivi tranquillement jusqu’à la maison. je les ai nourris et gardés jusqu’au lendemain. Comme je ne pouvais pas les identifier, faute de tatouages, j’ai prévenu la SPA de Toulouse et je les y ai emmenés » poursuit Bertrand Maury.

« Fort heureusement, le propriétaire des deux chiens, un fermier de Saint-Paul-sur-Save nous a rapidement téléphoné pour nous demander si nous n’avions pas recueilli deux chiens, qu’on lui avait semble-t-il enlevés quelques jours avant. Nous lui avons envoyé la photo, c’était bien eux » indique la Société de protection des animaux… Il a pu rapidement les récupérer.

Une vengeance ?

« Nous sommes habitués aux mauvais traitements infligés aux animaux, mais ce genre d’histoire est rare et nous a étonnés et même choqués » confie une enquêtrice maltraitance à la SPA. Le propriétaire, qui détient un âne, un cheval et des animaux de basse-cour, serait au-dessus de tout soupçon. Ironie du sort, après une dénonciation, l’enquêtrice avait été, par le passé, vérifier dans la ferme et n’avait rien constaté de particulier : « On lui en veut très probablement, il a été victime d’une vengeance ».




« Certains individus sont capables du pire. La personne cruelle qui les a attachés-là, à plusieurs kilomètres des habitations, voulait les noyer en comptant sur la montée des eaux de la rivière» conclut l’ancien gendarme. Fort heureusement, il n’a pas trop plu la semaine dernière, et surtout un promeneur bienfaiteur est passé par là…

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.