Toulouse : déclarée morte par le médecin, elle bouge sous le drap mortuaire

0
175

Ses enfants n’avaient plus de nouvelle. A leur arrivée dans cette habitation de Portet-sur-Garonne, au sud-ouest de Toulouse, le corps de leur mère était inerte et froid. Déclarée morte par le médecin de famille, la nonagénaire s’est mise à bouger sous le regard effaré de ses filles.

Certains croiront qu’elle est revenue de l’au-delà. Les médecins l’expliqueront mais certains en perdent déjà leur latin. Ce mercredi, en fin d’après-midi, terrible découverte dans une habitation de Portet-sur-Garonne, au sud-ouest de Toulouse. Sans nouvelle, des membres d’une même famille se rendent au chevet d’une dame âgée de 90 ans. À leur arrivée, son corps est inerte, déjà froid. Le Samu 31 est prévenu. Mais au regard de la description de la situation, les équipes médicales d’astreinte signifient au requérant qu’en cas de décès, comme le protocole le prévoit, les médecins urgentistes ne se déplacent pas.

Alerté, le médecin de famille se rend sur les lieux et procède à l’examen du corps de la nonagénaire en présence des gendarmes. Selon nos informations, il conclut à son décès aux alentours de 18 h 30. En proie à un incommensurable et légitime chagrin, la famille couvre alors la victime d’un drap. Par pudeur, pour s’épargner de croiser un regard qu’elle pense vide. Et tout à coup, le linceul s’est mis à bouger, provoquant la stupeur de ses deux filles présentes dans la pièce.



Un cas extrêmement rare

Vers 20 heures, le Samu 31 a été alerté de la tournure incroyable des événements. Sur place, les équipes médicales ont pris en charge la dame dans un état extrêmement critique. Elle était en mort cérébrale lorsqu’elle a été transportée en urgence à l’hôpital Purpan de Toulouse. Son corps, lui, a survécu.

Un cas extrêmement rare au vu des conditions dans lesquelles elle a été découverte. « Il y a des explications physiologiques : une bradycardie [ralentissement des battements du cœur] associée à une hypothermie peut donner l’impression d’un état de mort apparente, analyse un médecin chevronné. J’ai déjà vu un cas semblable quand j’étais jeune mais jamais dans une situation pareille : il s’agit de personnes noyées ou victimes de la montagne. L’eau ou la neige abaissent la température du corps et le cœur peut ne battre qu’une fois ou deux par minute ce qui donne cette mort apparente. Mais il y a très peu de cas décrits dans ces conditions-là. C’est peut-être même une première… »




Contactée, la compagnie de gendarmerie de Muret a refusé de «communiquer» sur cette affaire.

Espagne : il se réveille avant l’autopsie

Les journaux espagnols El Mundo et La Voz des Asturias en avaient fait les gros titres. Début janvier 2018, un détenu qui avait attenté à ses jours en absorbant des médicaments s’est réveillé à l’institut médico-légal d’Oviedo juste avant que l’autopsie ne soit pratiquée.

Gonzalo Montoya Jiménez, âgé de 29 ans, était alors enfermé dans un sac noir. Trois médecins avaient conclu à son décès. Mais une fois sur la table d’opération, il a poussé des cris alertant le médecin légiste.

Il a été transféré en urgences à l’hôpital d’où il est ressorti avec une pneumonie en raison de son passage en chambre froide. Il est à noter que certaines intoxications médicamenteuses peuvent plonger une personne dans un coma profond avec une activité cérébrale très basse. Ainsi, la catalepsie entraîne la suspension complète du mouvement volontaire des muscles.

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.