Seine-et-Marne : le choc après le lynchage de deux lycéens en pleine rue

0
236

Les deux adolescents, de 15 et 16 ans, ont été attaqués vendredi après-midi par une quarantaine de jeunes venus de Crépy-en-Valois (Oise). Les victimes pourraient avoir été choisies au hasard.

Les riverains n’en reviennent toujours pas. « C’est hallucinant, inadmissible », lâche l’un d’eux. « Ils sont arrivés comme un essaim de guêpes pour massacrer un jeune. Vous êtes à votre fenêtre, tout seul dans vos pompes. Que voulez-vous faire ? » Vendredi vers 18 h 40, le quartier de la gare de Saint-Mard a été le théâtre d’une violence aussi inouïe qu’inhabituelle.

Deux jeunes habitants de la commune, lycéens de 15 et 16 ans à Meaux, ont été attaqués par une quarantaine d’autres jeunes alors qu’ils descendaient de leur bus à la gare routière de Saint-Mard. Le plus jeune s’est vu reconnaître neuf jours d’incapacité et son ami trois jours.



Les agresseurs, munis de béquilles, de poings américains, d’armes de poing factices ou de bombes de gaz lacrymogène, sont venus de Crépy-en-Valois (Oise) en train par la ligne K. Sept d’entre eux, deux majeurs et cinq mineurs, âgés de 15 à 19 ans, ont été interpellés par les gendarmes dans la foulée puis placés en garde à vue. Et enfin tous présentés au tribunal de Meaux ce dimanche. L’un d’eux, un mineur, a été relâché vers midi, faute d’éléments à charge. Les six autres ont été placés sous contrôle judiciaire avec interdiction de séjourner en Seine-et-Marne. Une information judiciaire a été ouverte.

Une vigilance maintenue tout le week-end

« Ce n’était jamais arrivé ici, assure le maire de Saint-Mard Daniel Dometz (DVD). Ce n’est pas agréable, ça me dérange forcément. J’ai dû calmer les jeunes d’ici qui étaient partis sur des représailles. » A cette heure, les enquêteurs restent prudents sur la raison du passage à tabac. Les victimes pourraient avoir été là au mauvais endroit, au mauvais moment… tout simplement.

« Il y a un phénomène de bandes à Saint-Mard, Longperrier et Dammartin-en-Goële qui traînent au même lycée professionnel Charles-de-Gaulle, à Longperrier. Ça se chauffe sur les réseaux sociaux, il y a un réflexe de territoire », souffle un enquêteur. Les gendarmes ont maintenu leur vigilance sur le secteur tout le week-end.

« J’avais les jambes coupées »

Selon Daniel Dometz, les agresseurs pourraient avoir cru être à Dammartin au lieu de Saint-Mard. « C’est la gare de Dammartin-Juilly-Saint-Mard. J’ai déjà essayé de faire changer le nom mais ça coûte cher. »

Vendredi soir, l’une des victimes est prise à partie devant la gare. Son ami prend la fuite en courant. L’adolescent tente de se réfugier derrière une femme qui promène sa fille dans une poussette. Il est rattrapé et passé à tabac, rue Gambetta.




« C’était gratuit, ça a duré trois minutes. J’ai hurlé pour dire de faire attention à ma fille. J’ai réussi à la protéger, se souvient la mère de famille. J’avais les jambes coupées. Le jeune a réussi à se relever, je ne sais pas comment. Il est reparti vers la gare. Les agresseurs se sont dispersés. » Les enquêteurs comptent sur la vidéosurveillance du secteur pour interpeller d’autres agresseurs.

Répondre

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.