Seine-et-Marne: Enfermés dans une maison insalubre, cinquante chiens et chats vivaient dans leurs excréments

1
1250

Dix-sept chiens et vingt-huit chats ont été retirés de chez leurs propriétaires. Ils vivaient dans leurs excréments. Ils ont été placés dans le refuge de Charmentray.



Après avoir vécu l’enfer, une cinquantaine d’animaux a été sauvée et a été placée dans le refuge de Charmentray (Seine-et-Marne).

Lundi 14 janvier, vers 9 h, une équipe de la Fondation Assistance aux Animaux est intervenue dans une maison située au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis). Ce sont les voisins qui ont alerté les autorités. Ils étaient gênés par des nuisances sonores et olfactives.

Saisie des animaux

Lors de leur première venue, les équipes ont seulement découvert quinze chiens. Les autres animaux avaient été cachés par les propriétaires. La mairie a ordonné la saisie des animaux.

Puis, lors de leur seconde venue, la Fondation Assistance aux Animaux a retrouvé dix-sept chiens et vingt-huit chats. Les conditions d’hygiène étaient inexistantes. Le domicile était complètement insalubre. « Il y avait des excréments du sol au plafond », détaille Anne-Claire Chauvancy, responsable communication de la Fondation Assistance aux Animaux.

« L’odeur était irrespirable. Notre équipe a évolué entre les excréments, les flaques d’urines, le tout dans une odeur insupportable. Des sacs de nourriture remplis d’excréments jonchaient le sol du « salon » », raconte l’équipe de la Fondation Assistance aux Animaux. Ils sont restés quatre heures sur place.




Au vu de l’état de la maison, elle devra entièrement être réhabilitée.

Prêts à l’adoption

Les animaux ont été placés dans le refuge de Charmentray. Prochainement, ils pourront être adoptés. Certains animaux souffrent « d’otites » et portent des « parasites ». Ils n’ont pas été frappés. Mais le manque d’hygiène est flagrant. Malgré la présence d’un jardin, les animaux sortaient rarement de l’habitation.

Les propriétaires des animaux sont des « personnes en difficultés ». Ils ont été relogés par la Ville.Exceptionnellement, la Fondation a décidé de ne pas porter plainte afin « de leur donner une chance de se réintégrer ».

1 COMMENTAIRE

  1. Oui leur laisser une chance je peux comprendre mais au moins NE LEUR CONFIEZ PLUS JAMAIS UN ANIMAL . Il faut parler quand on vit une situation pareille et se faire aider .

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.