Russie : elle présente la première centrale nucléaire flottante pour alimenter l’Arctique

0
592

Greenpeace craint un « Titanic nucléaire » ou un « Tchernobyl sur glace ».

Des réacteurs sur l’eau pour éclairer l’Arctique. La Russie a présenté, samedi 19 mai, la première centrale nucléaire flottante au monde, censée alimenter des régions reculées. Greenpeace craint un « Titanic nucléaire » ou un « Tchernobyl sur glace ».Bâti à Saint-Pétersbourg, l’Akademik Lomonossov s’est amarré dans le port de Mourmansk. Il doit y être chargé en combustible nucléaire avant de rejoindre sa destination finale, une région reculée de Sibérie orientale. La centrale a été construite par le conglomérat public nucléaire russe Rosatom, dont le PDG, Alexeï Likhatchev, a salué « un nouveau record mondial ».

Ce bloc flottant massif de 144 mètres de long et 30 de large, couleur marron et moutarde, comporte deux réacteurs d’une capacité de 35 MW chacun (contre plus de 1 000 MW pour les réacteurs de nouvelle génération), proches de ceux utilisés par les brise-glace.

« Les accidents sont possibles »

La centrale sera remorquée à l’été 2019 jusqu’au port de Pevek, dans l’Extrême-Orient russe. Bien que la population de cette petite ville ne dépasse pas 5 000 habitants, la centrale couvre la consommation de 200 000 personnes, mais surtout de plateformes pétrolières, alors que l’exploitation des hydrocarbures se développe dans l’Arctique. Elle remplacera notamment une centrale nucléaire et une centrale à charbon obsolètes.

Greenpeace dénonce le risque d’un « Tchernobyl sur glace », trois décennies après la catastrophe nucléaire de 1986, et appelle les autorités à mettre en place une surveillance internationale. « Toute centrale nucléaire produit des déchets nucléaires, les accidents sont possibles. Une centrale flottante sera particulièrement exposée aux phénomènes météorologiques et aux menaces telles que le terrorisme. Imaginez que la barge se détache des vaisseaux de remorquage, les conséquences peuvent être graves », met en garde Rashid Alimov, coordinateur de la campagne nucléaire de Greenpeace Russie.



Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.