Quand les policiers arrivent dans une maison et découvrent « c’est un cauchemar »

0
1112

Jugé pour avoir tué son chien et avoir garder d’autres chiens dans des conditions déplorables, l’homme a tenté de se défendre. 

Tout commence à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence) lorsqu’un passant contacte le commissariat pour reporter qu’un homme vient de tuer son chien d’un coup de fusil. Rapidement, les policiers se rendent sur place et découvrent l’inimaginable. 



Le site des animaux perdus trouvés

Une scène à peine soutenable

Sur place, les policiers découvrent cinq chiens en très mauvaises santé. Ils n’ont pas de niche, rien à manger ni boire et sont très maigres. Les policiers questionnent alors l’homme de 36 ans au sujet du chien qui vient d’être abattu. Ce dernier répond qu’il était agressif. Ce sont finalement une vingtaine d’armes qui seront retrouvées au domicile de l’accusé, parmi lesquelles deux qui n’étaient pas déclarées. 

Les deux chiens les plus maigres ont été pris en charge par une association. 




Une défense révoltante

Face au tribunal, l’accusé expliquera qu’il n’avait pas les moyens de soigner ses chiens. Le procureur de la République de son côté, a évoqué un « camp de concentration pour animaux » à cause du manque de soins apportés aux animaux et a réclamé six mois de prison avec sursis, l’interdiction de posséder un animal durant cinq ans et le retrait du permis du chasse. 

Finalement, l’homme sera condamné à six mois de prison avec sursis, une interdiction totale de posséder un animal ou une arme durant cinq ans, un retrait du permis de chasse et une amende d’un peu plus de 2000 euros.

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.