Pour le mariage de Carlos Ghosn : «Renault n’a rien déboursé», affirme son avocat

0
48

Selon Maître Jean-Yves Le Borgne, Carlos Ghosn «ignorait» que l’utilisation de la salle du château de Versailles utilisée pour son mariage serait facturée à Renault.




Dans le cadre des investigations lancées en interne en novembre chez Renault, peu après l’arrestation de Carlos Ghosn au Japon, le constructeur va signaler à la justice un avantage en nature dont aurait bénéficié son ex-patron lors de son mariage en octobre 2016 au Château Versailles.

« Il a été identifié qu’une contrepartie d’une valeur de 50 000 euros, dans le cadre d’une convention de mécénat signée avec le Château de Versailles, a été affectée au bénéfice personnel de Carlos Ghosn », a annoncé Renault, jeudi, dans un communiqué.

Il reviendra au parquet d’ouvrir ou non une enquête judiciaire et éventuellement de choisir la qualification pénale possible des faits. Mais selon son avocat, Maître Jean-Yves Le Borgne, l’ancien patron du groupe automobile « a réglé tous les frais de son mariage » et « Renault n’a rien déboursé ».

Un contrat de mécénat prévoyant des contreparties



«Seule la salle de Versailles a été mise à sa disposition sans facturation», a expliqué l’avocat, ajoutant que son client « ignorait que l’utilisation de la salle serait imputée au droit d’usage réservé à Renault » dans le cadre de sa convention de mécénat avec le château de Versailles.

Renault a versé 2,3 millions d’euros à l’Etablissement public de Versailles pour restaurer le salon de la Paix. En échange, l’entreprise avait droit à des contreparties à hauteur de 25 % de cette somme, soit 575 000 euros, pour organiser des manifestations. Celles-ci n’étaient pas censées bénéficier à une personne privée.

Répondre

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.