Marseille : des éboueurs tombent « nez-à-nez » avec un boa imperator

0
1782

Ce mardi, un boa constrictor imperator, était « tranquillement » à côté de son vivarium, près des poubelles, quand les éboueurs sont arrivés. Grosse frayeur (pour tous.) Les marins-pompiers spécialisés dans les animaux sont intervenus. L’un d’entre eux a adopté le serpent.

Le boulevard Françoise Duparc, autrement appelé « Jarret », est un boulevard très souvent embouteillé, très urbain. C’est donc en plein Marseille que l’animal a été abandonné, près des poubelles. Ce mardi, les éboueurs tombent sur le serpent, d’une longueur d’environ 1 mètre. Il n’est pas venimeux mais ils n’en savent encore rien…

« Allô, nous sommes avec un serpent »

Les marins-pompiers sont appelés au secours. Et l’équipe cynophile intervient. Ces pompiers-là travaillent avec des chiens, comme l’indique le mot « cynophile ». Ils sont également formés pour intervenir avec les animaux en général, y compris les NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie.) Lorsqu’ils interviennent, ils enfilent des gants ou utilisent une pince à serpent. Ils les attrapent et les rangent dans une glacière.



Celui-là vient de manger, ça se voit à son gros « ventre ». Il est sur la digestion et d’humeur parfaitement calme.

Un bien gentil boa baptisé Jojo

Le boa Constrictor Imperator n’est pas venimeux. Il parait qu’il est même calme. Il peut étouffer quelqu’un, certes, mais il préférera un rat à un homme (surtout lorsqu’il ne mesure qu’un mètre). Le « pépère » abandonné près des poubelles est ramené au chenil des marins-pompiers, à Septèmes-les-Vallons. Et puis un pompier l’adopte. Il a déjà un nom : Jojo.

Jojo est actuellement en quarantaine pour s’assurer qu’il ne transporte pas de parasites. Ensuite, il rejoindra les autres serpents de ce pompier, sans risque de les contaminer. L’homme connaît bien les serpents, il vit avec eux depuis l’âge de 12 ans.

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.