Mais qui à blessé grièvement par balle Django dans le Var ?

0
2795

« Je veux savoir qui a voulu le tuer ! » Kévin a failli perdre son boxer croisé, recueilli à la SPA. Le chien Django est sauvé mais grièvement blessé

QUE S’EST-IL PASSÉ?« Pourquoi s’en prendre à un chien sans défense qui s’est échappé? J’ai beau chercher, je ne comprends pas ».

Kévin, Toulonnais de 24 ans, et sa compagne Marina ne décolèrent pas après avoir découvert leur boxer croisé de 3 ans, Django, étendu sur le flanc.




« Il était revenu à notre domicile mais dans un état dramatique: la gueule éventrée suite à un coup de carabine », raconte le propriétaire. Le chien s’était échappé du jardin de la maison, située chemin du Rossignol, tout près du site de Châteauvallon à Ollioules, jeudi soir.

Malgré les recherches de son maître en voiture dans le quartier, le chien demeurait introuvable. C’est quelques heures plus tard que le couple l’a retrouvé grièvement blessé.

DE QUOI SOUFFRE DJANGO?

« Nous sommes partis immédiatement aux urgences vétérinaires. C’était une question de vie ou de mort. Le lendemain, Django a été dirigé vers une clinique d’Ollioules où il a subi une batterie de soins d’urgence. Le vétérinaire lui a sauvé la vie car la blessure par balle a provoqué une fracture au niveau de sa gueule et un trou de 12 à 18 millimètres. La balle a percuté sa mâchoire interne et sa patte a également été touchée lors du tir ».

Au total, le chien a passé trois jours en clinique avant de pouvoir regagner sa niche.

QUI EST LE RESPONSABLE?

Aujourd’hui, Kévin veut savoir qui a voulu tuer son chien et surtout pourquoi.

Après un appel sur Facebook, le couple a reçu le soutien de l’association de Brigitte Bardot et de la SPA (société protectrice des animaux). En effet, Django avait été adopté par Kévin il y a un an alors qu’il était hébergé à la Spa de Marseille.

« C’est un chien qui a déjà souffert dans le passé. D’un caractère calme et plan plan, il était totalement inoffensif », ajoute la grand-mère du jeune homme.

« Il faut que le coupable soit puni car il aurait très bien pu blesser un enfant. Intolérable! », fulmine Kévin. Armé de sa seule patience et sa volonté de savoir la vérité, il a questionné les voisins.

« L’un d’eux m’a dit qu’il avait effectivement entendu une forte détonation jeudi soir à l’heure où Django avait disparu. J’ai suivi les traces de sang trouvées sur la rocaille. Elles mènent sur les hauteurs dans la garrigue où se trouvent quelques habitations ». Pour lui, justice doit être faite… et vite.

ET MAINTENANT?

Le maître a déposé plainte au commissariat central de Toulon pour « acte de cruauté envers animal ».

« Les policiers ont débuté leur enquête pour connaître la vérité, ce qu’il s’est passé », confient Marina et Kévin.

« Django n’a jamais été agressif avec quiconque! Nous n’avons jamais eu le moindre incident avec les voisins. Alors, pourquoi ce déchaînement de violence? En deux jours, nous avons dépensé 2.000 euros pour les soins d’urgence: scanner, radio… Qu’importe: notre seule volonté était de sauver Django ».

Et Marina d’ajouter: « Aujourd’hui encore, Django porte jour et nuit une poche de drainage que je dois changer toutes les deux heures. Il se remet bien mais a perdu beaucoup de poids car les blessures l’empêchaient de se nourrir. »



Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.