Lille : Une lycéenne agressée sexuellement pendant le bac de sport

0
397

Une élève de terminale du lycée Kernanec de Marcq-en-Barœul, dans la banlieue de Lille, a été agressée sexuellement pendant qu’elle participait à son épreuve du bac de sport.

L’épreuve d’EPS a débuté vendredi 18 mai pour les élèves du lycée Kernanec de Marcq-en-Barœul avec l’épreuve de course d’orientation. «À deux classes, nous sommes partis jusqu’au parc du Héron en bus. Une fois sur place, nous étions par groupes de six avec des fractions de 10 minutes en individuel.

Le but était de retrouver le plus de balises possible dans la forêt». En groupe, la jeune fille et ses camarades se sont lancées à la chasse aux balises. C’est à ce moment-là, qu’elles ont croisé un jeune homme suspect qui leur a indiqué l’emplacement d’une des balises. «On a remarqué un monsieur un peu louche. Mais on ne s’est pas tout de suite méfié parce que souvent les promeneurs nous aident à trouver les balises».

«Il avait sorti son sexe de son pantalon et l’avait collé sur ma cuisse»

Malgré leur méfiance, les jeunes filles se sont rendues à l’endroit indiqué. En effet, l’une des balises à poinçonner était présente. C’est à ce moment-là, que l’homme s’est approché. «Pendant que je remplissais ma fiche, j’ai senti la présence de l’homme tout près de moi. Quand je me suis retournée, il avait sorti son sexe de son pantalon et l’avait collé sur ma cuisse. J’ai eu tellement peur que je n’ai pas crié. Il m’a dit: “Fais gaffe, il y a des personnes bizarres ici”. Et puis je suis partie en courant».

La jeune fille s’empresse de retrouver son professeur pour lui raconter l’agression qu’elle venait de subir. En arrivant, épuisée de courir et sous le choc, elle fait un malaise. C’est à ce moment qu’une de ses camarades se plaint, elle aussi, d’un homme qui lui a «demandé une fellation en échange de balises».

«Si vous ne courez pas, c’est zéro»

Sous le choc, les jeunes filles n’ont pas pu compter sur le soutien de leur professeur. Elle leur aurait ordonné de finir l’épreuve sous peine d’un zéro. Pour dédramatiser et minimiser les actes de l’agresseur et pousser les jeunes filles à poursuivre la course, elle aurait ajouté: «Ce n’est quand même pas la première fois que vous voyez un homme nu!». Il a fallu attendre que l’autre professeur s’en mêle et arrête l’épreuve. «J’ai trouvé ça honteux d’entendre ça d’une prof, et d’une femme surtout…» confie la lycéenne.

Le lendemain matin, les jeunes filles se rendent au lycée et l’une d’elles décide de se confier à son proviseur. «Il a fini par me recevoir (le proviseur) et m’a parlé d’exhibitionnisme. Je lui ai dit que ce n’était pas ça, mais une agression sexuelle. Il ( l’agresseur) l’a posé sur moi, alors que je n’avais rien demandé…»



Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.