Les rats, ennemis publics N°1 à Paris

0
611
A Paris city employee shows a dead rat in the Saint Jacques Tower park, in the center of Paris, Friday, Dec. 9, 2016. Paris is on a new rampage against rats, trying to shrink the growing rodent population. (AP Photo/Francois Mori)

La capitale peine à se dépêtrer des millions de rongeurs qui peuplent égouts, parcs et jardins de la ville Lumière.

De ses petits yeux noirs – parfois rouges -, et perçants, il vous fixe du regard au loin. De ses deux incisives blanches – et souvent jaunâtres -, il dévore tout sur son passage. Il grignote, il ronge: il veut manger, boire et se reproduire. Le rat provoque bien des peurs lorsqu’il pénètre dans la cité. Comment imaginer que Paris, «ville-monde» aux multiples joyaux touristiques puisse abriter, en son sein, quelques millions de ces rongeurs pestiférés? C’est impensable et pourtant, le rat est là. Et il pose bien des problèmes à Anne Hidalgo, la maire de la capitale.

Après une soirée bien arrosée, le pot de départ d’un collègue ou une dure nuit de travail, les Parisiens peuvent observer le ballet incessant de ces petits bêtes. Ils ne les voient jamais bien longtemps car ces animaux liminaires ont peur de tout et avant tout de l’humain. Mais, affamés, ils se font de plus en plus téméraires. Ils ne sont pas plus nombreux mais plus visibles. Comme les pigeons, mais en plus répugnants, ils investissent nos parcs, nos jardins, nos locaux, nos greniers.

Les rats ont-ils envahi Paris? Où sont-ils simplement chez eux? Depuis plusieurs mois, Le Figaro a cherché à comprendre le rongeur. Ses amis et ses pires ennemis. Ceux qui s’en servent comme ceux qui l’exterminent. Comment vit-il? Comment se propage-t-il? D’où vient cette crainte, cette peur? Est-elle justifiée ou plutôt fantasmée? Est-il utile, doit-on s’en débarrasser? Voici le rat, sous toutes ses coutures.



Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.