Les infections et stress peuvent-ils accélérer l’apparition des cheveux gris ?

0
405

Un défaut génétique des cellules pigmentaires du cheveu les rendraient sensibles aux réponses immunitaires, causant l’apparition de cheveux gris. Cette cause possible du grisonnement prématuré fait l’objet d’une nouvelle étude américaine.

Pourquoi les cheveux gris apparaissent-ils à la suite de stress ou d’une maladie chez certaines personnes ? Un des mécanismes impliquerait un gène sensible aux réactions immunitaires, nommé Mitf. Lorsque l’organisme se défend contre un stress provoqué par une infection par exemple, ces gènes empêchent les cheveux de perdre leurs mélanocytes, les cellules qui leur confèrent leur couleur. Mais lorsqu’ils sont mutés, les cheveux grisonnent. Ces travaux américains faits chez la souris ont été publiés dans la revue PLOS Biology.

MELANOCYTES. Le bulbe du cheveu ou du poil comprend à sa base une réserve de cellules souches précurseurs des mélanocytes. Une fois matures sous forme de mélanocytes, elles produisent le pigment conférant sa couleur au cheveu. La perte de ces cellules souches entraine l’absence de mélanocytes et les cheveux poussent alors sans pigmentation, d’où leur couleur blanche ou grise.

Des cellules souches pigmentaires trop sensibles à la réponse immunitaire

Les auteurs rapportent que dans les années 1980, plusieurs études avaient observé chez la souris que l’exposition à un virus pouvait entrainer un grisonnement prématuré de l’animal. Ils en avaient déduit un lien entre l’activation du système immunitaire et un dysfonctionnement au niveau des mélanocytes ou de leurs cellules souches. Dans de précédents travaux, les chercheurs avaient ainsi identifié un gène des cellules souches des mélanocytes, nommé Mitf, qui avait pour effet de les insensibiliser à des molécules produites par les cellules infectées ou endommagées pour prévenir leurs voisines qu’il leur faut se protéger : les interférons. En observant des souris au Mitf dysfonctionnel ou inactif, les chercheurs ont confirmé que la cellule souche mélanocytaire devient vulnérable aux trop grandes quantités d’interférons et finit par mourir. « Bien que ces signaux soient normalement bénéfiques, ils peuvent également conduire à la perte de mélanocytes et de cellules souches mélanocytaires, et arrêter la production de la pigmentation des cheveux« , commente la University of Alabama in Birmingham (UAB) dans un communiqué.

Répondre

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.