Le rectorat de Rennes alerte les établissements sur la présence éventuelle d’acide explosif

0
281

La rectrice de l’académie de Rennes a demandé aux chefs d’établissement de la région de vérifier qu’ils n’abritaient pas de bidon d’acide picrique, potentiellement explosif…




La rectrice de l’académie de Rennes a demandé aux chefs d’établissement de la région de vérifier qu’ils n’abritaient pas de bidon d’acide picrique, potentiellement explosif, leur fournissant la procédure à suivre pour s’en débarrasser, a-t-on appris samedi.

Cette demande, adressée par courrier mardi, a été faite suite à la découverte en début de semaine, dans deux établissements de Vannes, de fioles de ce produit extrêmement dangereux une fois cristallisé, qui était auparavant utilisé pour faire des expériences en cours de chimie. Au total, plus de 500 établissements sont concernés.

«Nous avons demandé aux chefs d’établissements de regarder dans leurs réserves et nous leur avons donné la procédure à suivre pour l’évacuer», a indiqué le rectorat. L’évacuation nécessite notamment l’intervention des pompiers et d’un service de déminage. Deux autres établissements, en Ille-et-Vilaine et dans le Finistère, ont depuis recensé le produit.

L’acide picrique, ou trinitophénol, est un composé très réactif et très sensible au choc et à la chaleur. Très couramment utilisé pour fabriquer des obus durant la première guerre mondiale, il peut être utilisé de nos jours en métallurgie.



Répondre

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.