La comédienne Maria Pacôme est décédée à l’âge de 95 ans

0
349

L’actrice d’« Oscar », des « Sous-doués » ou de « La Crise » est décédée à l’âge de 95 ans d’une longue maladie, a annoncé sa famille.

C’était une reine du théâtre de boulevard, avec des pièces comme « Oscar » ou « Joyeuses Pâques ». Au cinéma, elle a incarné la mère de l’amoureuse de Jean-Paul Belmondo dans « Les tribulations d’un Chinois en Chine » de Philippe de Broca (1965), une professeur rigide dans « Les sous-doués » de Claude Zidi (1980) ou une sexagénaire envoyant ses enfants balader dans « La Crise » (1992)… Maria Pacôme est décédée à l’âge de 95 ans d’une longue maladie, a annoncé son fils ce samedi.



Condisciple de Michèle Morgan et Danièle Delorme, la comédienne était entrée au cours Simon à l’âge de 18 ans, en 1941. La jeune Maria Pacôme vivra deux drames ces années-là : l’exécution par les Allemands de son petit frère, un Résistant, et la déportation de son père, un militant communiste. Quelques années plus tard, Maria rencontre l’acteur Maurice Ronet (la star de « Plein soleil » au côté d’Alain Delon), qu’elle épousera et avec lequel elle aura son fils François.

L’assistante de « Docteur Sylvestre » à la télévision

Sa carrière débute sur les planches en 1956 avec la pièce « La Reine et les insurgés » aux côtés d’Edwige Feuillère, Laurent Terzieff et Maurice Pialat. Deux ans plus tard, Maria Pacôme donnera la réplique à Pierre Mondy et Jean-Paul Belmondo dans « Oscar ». Suivront « N’écoutez pas Mesdames » de Sacha Guitry, « Les Grosses Têtes » de Jean Poiret et Michel Serrault ou « Joyeuses Pâques » de Jean Poiret… Et à nouveau « Oscar », qui triomphe lorsqu’elle le reprendra avec Louis de Funès en 1971 et 1972.

Lassée de jouer les bourgeoises exaltées, la comédienne décide ensuite d’écrire elle-même des pièces de théâtre. A partir de 1977, elle jouera sept de ses créations, dont la dernière, « L’Eloge de ma paresse » – qu’elle interprétera entre 2002 et 2004 -, est un monologue libre et passionné. Tandis qu’au cinéma, elle a tourné pour Jean Girault, Pierre Richard, Michel Audiard ou Georges Lautner, Maria Pacôme s’est aussi illustrée à la télévision. Entre 1995 et 2001, elle a incarné l’assistante du personnage principal dans « Docteur Sylvestre », série diffusée sur France 3.

Nommée une fois aux César

Malgré ses nombreux rôles, l’actrice n’a été nommée qu’une seule fois aux César. C’était pour son rôle dans « La Crise », en 1993. Coline Serreau lui avait offert un personnage hilarant de mère se débarrassant de sa « charge mentale ». Face à un Vincent Lindon en fils médusé, Maria Pacôme lâchait, tout sourire : « Tes problèmes, je m’en fous comme de l’an 40… Pendant trente ans, je vous ai torchés, nourris, couchés, levés, consolés… Je me suis fait des monceaux de bile… Alors maintenant, je prends ma retraite… Tu permettras que pour une fois, je m’occupe de mes affaires avant les tiennes. » Une tirade devenue culte.

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.