« J’ai commencé à voir ma vie défiler » : un randonneur, poursuivi par une ourse dans les Pyrénées, s’en sort indemne

1
946

Lucas Meurlet, 22 ans, randonnait avec son père et son frère dans les Pyrénées espagnoles. Il s’est écarté pour escalader une crête et est tombé sur une ourse et ses oursons. Poursuivi par la bête, il l’a confrontée pour sauver sa vie.

Un jeune Nantais, parti mardi 21 août au matin avec son père et son frère en randonnée dans les Pyrénées, s’est retrouvé sur une crête de montagne face à une ourse, avant de prendre la fuite.


Lucas Meurlet était dans le Val d’Aran avec son père et son frère. En randonnée dans les Pyrénées espagnoles, il décide de grimper seul vers une crête, direction le Port de Girette, à près de 2 500 mètres d’altitude quand les deux autres randonneurs aperçoivent sur l’autre versant, une ourse et ses trois oursons, là où Lucas est censé arriver. Ils tentent alors d’alerter Lucas, mais trop tard.

L’ourse était à moins de dix mètres du randonneur

Le jeune Nantais de 22 ans se retrouve face à l’ourse en haut du col. Il a à peine dix mètres d’avance quand il commence à s’enfuir, mais l’ourse le poursuit. L’ourse qui vous court après, « c’est une image digne d’un film d’horreur. Face à un ours avec ses pattes aussi larges que vos cuisses, ça fait flipper. » 

J’avais les jambes qui flageolaient. J’ai commencé à voir ma vie défilerLucas Meurlet, randonneurà France Bleu Loire Océan

Lucas s’arrête alors et se dresse face à la bête, les mains écartées avec ses bâtons de randonnée. « Elle a commencé à me tourner autour ». « J’ai écarté les bras. J’ai essayé de l’impressionner. »



Elle m’a chargé deux fois. La troisième fois, elle a ouvert la gueule. Du coup, je me suis avancé face à elle pour lui montrer que j’avais envie de vivre. J’ai crié de toutes mes forces. Et là, l’ourse a reculé et pris la fuiteLucas Meurlet

Pétrifié, le randonneur se réfugie derrière un buisson. Le père de Lucas a, entre-temps, appelé le 112. Trois hélicoptères espagnols arrivent très vite sur les lieux et récupèrent Lucas en haut d’un pic. Les trois randonneurs finissent par se retrouver et décident de repartir vers le refuge d’Eylie à Sentein en Ariège.

« Clairement après ça, tu comprends que la vie elle peut s’arrêter assez rapidos,rajoute Lucas. Après, sous le coup de l’adrénaline,, j’en rigolais. Mais quand je me suis réveillé le lendemain, j’ai réalisé que j’aurais pu y laisser ma peau. »

1 COMMENTAIRE

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.