Hérault (Ganges) : découverte de 50 chats maltraités

0
1431
Une cinquantaine de félins de tous les âges ont été retrouvés dans un état famélique à l’intérieur d’un appartement de Ganges  jeudi 25 octobre et ont été mis à l’abri par plusieurs associations. Des riverains sont aujourd’hui dans l’expectative alors que l’immeuble pourrait être frappé d’insalubrité.



C’est l’odeur pestilentielle émanant d’un appartement situé passage Lauret, dans le centre de Ganges, qui a alerté les voisins. Certains s’étaient déjà plaints de cette situation il y a quelques mois auprès des services municipaux. Ils avaient tenté d’intervenir, en vain. Ces chats vivaient dans l’appartement d’une mère et son fils installés depuis 2016 dans la commune, rue Lauret.

Dès mercredi 24 octobre, des gendarmes de la communauté de brigades de Ganges se sont rendus sur place et ont constaté qu’à l’intérieur du logement, se trouvaient une cinquantaine de chats dans un piteux état. En urgence, ils ont contacté des associations de défense animale, comme Perle et Pour l’amour des chats ainsi que la Fondation 30 millions d’amis, pour récupérer ces félins de tous âges manifestement en danger. Mal nourris, pas vaccinés, encore moins stérilisés. Les animaux domestiques étaient laissés à une reproduction anarchique, donnant lieu à des pathologies et autres malformations. Parmi eux, une vingtaine en très mauvais état, notamment atteints de maladies comme le coryza, le rhume du chat, mortel s’il n’est pas soigné et très contagieux.

« On était loin de s’imaginer qu’il y avait cinquante chats dans l’appartement »

Les voisins n’en reviennent toujours pas. « On était loin de s’imaginer qu’il y a avait près de 50 chats dans cet appartement », explique une habitante. « Quand on est arrivé ici on a été surpris par l’odeur, de l’urine de chat et le tabac froid. L’été on pouvait difficilement ouvrir les fenêtres. On demandait à nos amis de nous excuser et de se boucher le nez en entrant dans l’immeuble ». Elle raconte l’envahissement de blattes, elle a d’ailleurs dû faire venir un professionnel pour désinsectiser. Evoque aussi les liquides « non identifiés » qui s’écoulaient depuis une porte de ce logement dont les volets sont toujours à demi clos.

« Je n’ai vu que trois chats en tout, un jour à la fenêtre mais c’est tout. Moi j’ai trois chats et chez moi ça ne sent pas la litière ». « Je me doutais qu’il y avait un problème d’hygiène ». Les services municipaux ont été saisis à plusieurs reprises pour tenter de comprendre l’origine de ces nuisances. Mais selon nos informations, les locataires de l’appartement en question ne laissaient entrer personne.

Plainte anonyme

Une plainte anonyme a été finalement été déposée pour cruauté envers les animaux auprès de la gendarmerie. Et tous les voisins ont été entendus. Cette situation risque d’avoir des conséquences complexes pour les autres occupants de ce petit immeuble de centre-ville. Car si l’immeuble est frappé d’insalubrité dans son ensemble, les autres occupants devront eux aussi être relogés par leur propriétaire. Ce vendredi 26 octobre, la décision n’avait pas encore été prise par la ville. Le parquet de Montpellier devra déterminer les suites judiciaires à donner à cette affaire.




Trente millions d’amis porte plainte également

La fondation 30 millions d’amis qui a été réquisitionnée en urgence, ce jeudi 25 octobre, pour mettre hors de danger les félins. « Ils sont sous notre responsabilité », indique Arnaud L’Homme, responsable enquête de la fondation. « On a constaté de nombreux problèmes de santé. Il faut maintenant remettre les animaux en état, les vacciner et les identifier », poursuit-il.
Les chats, qui ont rejoint des refuges dans le Gard et à Villeneuve-lès-Maguelone, seront donc placés en quarantaine avant de pouvoir rejoindre des familles d’adoption. La fondation va par ailleurs porter plainte.

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.