Gênes: les autorités publient une vidéo de l’effondrement du viaduc

0
488

Une semaine après le drame, la Guardia di Finanza dévoile des images des caméras de vidéo-surveillance placées sous le viaduc.

C’est d’abord une scène banale: sous une pluie torrentielle, quelques voitures passent rapidement. Puis soudainement, des tonnes de béton s’abattent sur la route. Un épais nuage de poussière se forme et obscurcit le champ de vision.




Ces images de l’effondrement du pont Morandi qui a fait 43 morts le 14 août dernier ont été publiées lundi par les autorités italiennes. Elles ont été captées par deux caméras de vidéo-surveillance installées sous le viaduc et mises en ligne par la Garde des finances, l’équivalent de la Douane en France.

Une semaine après ce drame, des relevés techniques sur le pont se poursuivaient lundi, en vue de déterminer les causes de son écroulement, qui pourrait être dû à « une série de plusieurs facteurs », selon Roberto Ferrazza, président de la commission d’inspection mise en place par le ministère italien des Infrastructures et des Transports. « L’élément déclencheur de la dynamique n’est pas clair », a-t-il ajouté lundi.

Risque d’effondrement

Le parquet de Gênes qui a ouvert une enquête après la catastrophe, et placé le pont sous séquestre, s’est dit prêt à autoriser la destruction du tronçon est du pont « en cas de danger concret ». Dans la nuit de dimanche à lundi, des bruits de craquements ont été entendus par des riverains sur le tronçon. Par mesure de sécurité, les pompiers ont suspendu les opérations de déblaiements.



Les forces de l’ordre ont aussi renforcé l’interdiction d’accès à la zone et suspendu l’accompagnement des personnes évacuées allant récupérer des effets personnels dans leurs habitations. La zone rouge délimitant un périmètre de sécurité autour du site est interdite, y compris pour les moyens de secours en attendant des vérifications.

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.