Escroquerie sur internet : jusqu’à 100 000 € de perte pour trois Gardois

0
264

Les malfrats sont d’une habileté redoutable. Mise en garde des gendarmes.

Des placements mirobolants ont fait tourner la tête à trois Gardois appâtés par des publicités sur internet. L’escroquerie oscille entre 20 000 et 100 000 €. La mécanique est parfaitement huilée et repose sur une habileté redoutable des malfrats.

Dans le Gard, les gendarmes de la section de recherches de Nîmes ont recensé trois cas qui ont donné lieu à une enquête beaucoup plus large. Car le système mis en place a fait des victimes sur l’ensemble du territoire national.



« Tout commence par des publicités sur internet qui promettent des placements financiers à haut rendement », prévient le lieutenant-colonel Michel qui commande la SR de Nîmes.

Passe-passe sur les virements

En général, l’investissement concerne des diamants, des minerais précieux, du vin et même de l’argent virtuel. Schématiquement, le rendement promis oscille entre 50 et 60 %. « Les gens investissent d’abord de petites sommes. Au bout de quelques semaines, le bénéfice promis est effectivement versé « , précise le service d’enquête.

Passée cette première étape, les investisseurs sont non seulement rassurés mais ils ont aussi envie d’engager de nouvelles sommes. C’est à ce moment que le sort de leur argent est scellé. D’abord, les escrocs disposent d’une plate-forme téléphonique avec des opérateurs aussi offensifs que polis.

« Les gens sont rassurés car ils voient un numéro d’appel qui est censé provenir de France « , ajoute un gendarme. Or les vérifications ont montré que l’appel est passé depuis l’étranger. Le site internet qui permet de faire les démarches est aussi très bien fait et présente toutes les garanties de respectabilité. C’est sans doute ce qui conduit les investisseurs à lancer les ordres de virement sur un compte en France où tout semble régulier.




Liste noire de l’AMF

Les investigations financières ont montré que l’argent est viré très rapidement sur un autre compte hors de l’Union européenne. Ce qui permet de flouter les transferts d’argent et de rendre les enquêtes plus complexes.

L’escroquerie une fois consommée lorsque les pigeons ont fait la culbute, le site internet qui sert d’interface n’existe plus et le numéro de téléphone ne répond plus. Pour sa part, le commandant de la section de recherches recommande de vérifier le site de l’Autorité des marchés financiers (AMF) qui donne un agrément aux sociétés qui réalisent légalement des investissements. Dans les cas d’escroqueries recensés, les sites en question étaient sur la liste noire de l’AMF. « Avant d’investir, il faut consulter cette liste noire sur le site de l’AMF« .

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.