Elle voulait rencontrer Macron, elle finit en psychiatrie

0
114

La jeune femme, visiblement perturbée, pensait qu’il suffisait de se présenter aux gardes devant l’Élysée pour se faire introduire auprès du président. Hier matin, aux alentours de 10 heures, une jeune femme de 26 ans s’est présentée devant les compagnies républicaines de sécurité en position de garde aux abords du palais de l’Élysée. Elle a émis le souhait de rencontrer et de discuter avec le président de la République. Après avoir pris note de son identité, les CRS se sont éloignés pour appeler leur collègue du commissariat du 8e arrondissement. Une fois sur place et après quelques minutes de discussion, les policiers locaux ont jugé que la femme tenait des propos incohérents et a été embarquée.

Les fonctionnaires ont alors reçu ordre de la transporter jusqu’à l’Hôtel-Dieu aux urgences médico-judiciaires qui disposent d’un service psychiatrie notamment pour les adultes. Les médecins de l’hôpital public ont diagnostiqué une santé mentale altérée. Elle a été internée à l’hôpital psychiatrique de la préfecture de police (I3P). À l’infirmerie de l’hôpital, il sera ensuite statué sur son sort. Car si l’I3P est rattachée à la préfecture de police pour ses moyens de fonctionnement, elle bénéficie d’une indépendance médicale absolue.



Les temps ont changé visiblement à l’Élysée. Dans son livre, sur la présidence de François Hollande, Le Premier Secrétaire de la République – Dans les coulisses du quinquennat, le journaliste Cyril Graziani avait décrit un rendez-vous fortuit entre l’ex-locataire de l’Élysée et l’animateur Cyrille Eldin, alors que ce denier se promenait rue du Faubourg-Saint-Honoré. L’extrait de l’ouvrage est cocasse : « Tiens, je vais envoyer un SMS à Hollande et lui proposer de passer le voir », annonce-t-il à sa fiancée, histoire de l’impressionner. Un petit SMS de rien du tout. Réponse quelques minutes plus tard du président : « Je vous attends ». Cyrille Eldin (…) rentre avec son amie dans le Palais. Les gardes à l’entrée ont été prévenus par François Hollande lui-même. « On est monté dans son bureau, il nous a accueillis chaleureusement, nous a offert un café. (…) »

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.