Deux « gilets jaunes » voulaient se faire un kebab ils attaquent une brebis à coup de pelle

0
516

Deux gilets jaunes jurassiens qui avaient tenté de tuer une brebis à Courlans, dans le Jura, pour se faire un kebab, ont été condamnés ce vendredi à un stage de citoyenneté, par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier. Les faits remontent à décembre 2018.

Ils avaient tenté de tuer une brebis à coups de pelle et de fourche, à Courlans, dans le Jura, à proximité du rond-point du Rocher, tenu par les gilets jaunes, mi-décembre, pour la manger ! Deux gilets jaunes jurassiens d’une vingtaine d’années ont été condamnés ce vendredi par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier à effectuer un stage de citoyenneté, à défaut d’exécution, à deux mois de prison ferme. 



Les deux gilets jaunes voulaient faire un kebab

Ces deux gilets jaunes avaient en fait repéré la brebis. Elle se trouvait dans un champ, sous le viaduc de Courlans, pas loin du rond-point du Rocher, tenu par les gilets jaunes. Dans la nuit du 14 au 15 décembre 2018, ils décident de se faire un kebab. « Lamentable » commente l’avocat de la SPA (société protectrice des animaux), qui s’est constituée partie civile. 

Armé d’une pelle, l’un d’entre eux frappe l’animal. L’autre tente de l’achever avec une fourche. En vain. La brebis réussit à s’enfuir. Tout comme ses agresseurs. Les deux hommes sont finalement interpellés et placés en garde à vue le 10 janvier 2019. Ils reconnaissent les faits, peu ou prou justifiés par le fait qu’ils avaient faim ! 

Condamner, c’est faire faire avancer la cause animale




Qu’ils soient gilets jaunes est anecdotique pour Me Benjamin Marraud-des-Grottes, partie civile. « Ce genre de comportement extrêmement déplacé, extrêmement brutal, extrêmement cruel, existe, dit-il, et il est complètement indépendant du mouvement des gilets jaunes« . « C’est malheureusement quelque chose de fréquent, de récurrent » ajoute l’avocat. « Ce qui compte c’est la condamnation, qui marque l’interdit, conclut- t-il. Cela permet de protéger le bien-être animal« .  

Les deux hommes devront aussi s’acquitter de 200 euros de dommages et intérêts au propriétaire de l’animal, au titre du préjudice moral, et au remboursement des frais de vétérinaire. Auxquels s’ajoutent 150 euros de dommages et intérêts à la SPA, la société protectrice des animaux, qui s’était constituée partie civile.

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.