Complémentaires santé: des dérives pointées du doigt

0
474

Hausse de cotisations et dérive des frais de gestion, l’UFC-Que Choisir a publié mardi 12 juin une étude concernant les abus des organismes complémentaires d’assurance maladie.

Mercredi après-midi, Emmanuel Macron s’exprimera à la Mutualité, à Montpellier, sur des réformes à venir concernant le chômage, la retraite, et surtout le domaine de la santé. A cette occasion, le magazine Que Choisir publie une étude pointant le fonctionnement des organismes complémentaires d’assurance maladie (OCAM).

Des prix plus élevés et mal redistribués

L’organisation a d’abord noté une flambée du coût des cotisations aux OCAM, dont la hausse est « trois fois supérieure à l’inflation depuis 2006 ». Le prix d’une cotisation moyenne est aujourd’hui 47% supérieur aux prix moyens pratiqués en 2006. Une bonne partie (environ 20%) de ces cotisations est consacrée aux frais de gestion des OCAM. A partir de 200 avis d’échéance d’assurance santé fournis par des consommateurs, l’UFC-Que Choisir note que « depuis 2010, les frais ont augmenté deux fois plus vite que les remboursements accordés aux assurés ».



Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.