Ces effets du changement d’heure sur votre santé

0
335

Le changement d’heure, c’est ce week-end

Le passage à l’heure d’été se fera dans la nuit du samedi 30 au dimanche 31 mars. Il faudra alors avancer nos montres et horloges d’une heure.



Selon les professionnels, les conséquences d’une heure de sommeil en moins sont bien réelles. 

Bien que le Parlement européen se soit prononcé en faveur de l’abandon du changement d’heure saisonnier, il faudra attendre 2021 pour que ce projet législatif, qui laissera malgré tout à chaque pays le choix de rester à l’heure d’hiver ou à l’heure d’été, soit appliqué. 

Par conséquent, et quelques jours seulement après l’arrivée du printemps, c’est cette nuit de samedi à dimanche que le passage à l’heure d’été sera effectif. Ainsi, à 2h du matin, il sera désormais 3h et l’ensemble des Français va donc perdre une heure de sommeil. 

Une nuit plus courte donc, plus ou moins bien perçue.

« Ça ne change pas grand chose, à mon réveil, mon téléphone sera mis à l’heure », explique une passante à BFMTV alors qu’une seconde estime quant à elle ne pas aimer le changement d’heure qui selon elle, créé un décalage. »

Réels impacts 

Pour les professionnels, l’impact de la perte d’une heure de sommeil est pourtant bien réel. Comme le précise, encore à notre antenne, la neurologue et présidente de l’institut national du sommeil Joëlle Adrien, cela « accroît la dette de sommeil. »




« Il faut savoir qu’on a tous une heure de sommeil en moins pour les jours de travail, qu’on essaie de récupérer le week-end. Là, on ne pourra pas. »

Des propos confirmés par des travaux universitaires, qui soulignent également les perturbations de notre horloge interne que provoquent ces changements d’heures.

Dans le détail, ces études scientifiques mettent en avant les problèmes liés à ces changements d’horaires. Ainsi, l’American College of Cardilogy à Washington en 2016 a prouvé que le lundi suivant un changement d’heure, le risque d’infarctus était 25% supérieur aux autres lundis. Des troubles de l’appétit et des pertes de concentration au travail, ainsi que de l’irritabilité chronique, sont également à noter. 

Alors comment réduire ces risques? Joëlle Adrien conseille d’adopter une méthode de changement d’heure progressif. 

« Il faut changer un quart d’heure tous les jours, quatre jours avant. Résultat, le dimanche on ne s’en rend pas compte », conclut-elle. 

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.