Annecy : Sur son Skateboard il ce fait attaquer par un chien à l’entrejambe !!! 27 points de sutures.

0
490

L’image de la gueule grande ouverte de l’american staff hante encore ce jeune homme.

La journée s’annonçait pourtant belle. Yann qui circule principalement à skateboard dans les rues d’Annecy, traverse, casque sur les oreilles, une rue piétonne et commerçante. Quand il entend « Attention ! ». Pas le temps de réagir, un chien est déjà devant lui, la gueule grande ouverte, la laisse traînant au sol.

De sa mâchoire puissante, il va attraper les parties génitales du jeune homme, son pantalon est lacéré. Plus d’une minute va s’écouler, soit une éternité, avant que le chien lâche prise, rappelé par son propriétaire.



Le jeune homme est en sang, ses cris de douleur sont couverts par les insultes du propriétaire, qui ne lui porte pas secours.

« C’est un chien dangereux pour les gens et les animaux »

C’est presque nu, atterré et souffrant dans sa chair, qu’il va se réfugier dans un kebab où il va réclamer des compresses pour tenter de stopper l’hémorragie, et appeler les secours.

Le traumatisme de la scène est encore palpable alors qu’il est invité à rapporter sa version des faits devant le tribunal correctionnel d’Annecy.

À l’écoute de son récit, le propriétaire du chien fait « non » de la tête. « Mon chien, c’est une crème, il est plus gentil qu’un labrador. Il a eu peur du skateboard, alors il a pincé (sic). »




« Vous ne pouvez pas dire que c’est un brave toutou, il a un vrai potentiel de dangerosité », oppose la présidente en parcourant l’expertise réalisée par une vétérinaire, juste après les faits. « C’est un chien dangereux pour les gens et les animaux. Il était dans une hyperexcitation et hyperactivité. Il a besoin d’une consultation comportementaliste », porte-t-elle à la connaissance du tribunal. « C’est parce qu’il était perdu sans moi, dans sa cage », affirme le propriétaire.

« C’est tout l’inverse, affirme la présidente, depuis qu’il n’est plus avec vous, il est moins agressif. »

« Le chien ne portait pas de muselière, il n’était pas tenu en laisse. En outre, vous n’aviez pas de permis pour détenir un chien de cette catégorie. Et que dire de votre comportement face à la victime, ce jour-là, aggravé par votre état d’ivresse » relève le procureur en réclamant 5 mois de prison avec sursis mise à l’épreuve, une amende de 400 euros et la confiscation du chien.

« Le chemin de la guérison sera encore long et douloureux » informe le conseil de la partie civile. « Il a reçu 27 points de suture, a vécu dans la crainte que le chien ne soit pas vacciné. »

Le propriétaire a été condamné, eu égard à des condamnations antérieures, à deux mois de prison ferme et la confiscation du chien.

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.