2 ans de prison ferme pour avoir volé les chiens qui lui avaient été retirés

0
1747

C’est la fin d’une histoire à rebondissements. Une femme qui avait maltraité des chiens puis les avaient volés dans les refuges où ils avaient été recueillis a écopé de 2 ans de prison ferme. La Fondation 30 Millions d’Amis, partie civile, se félicite de cette décision rendue par le Tribunal de Chartres (28).

A peine croyable ! Alors que ses animaux – qu’elle maltraitait – lui avaient été retirés quelques mois plus tôt par la Fondation 30 Millions d’Amis, sur décision de justice, une femme n’a pas hésité à cambrioler les refuges de l’Etang Bleu (55) et de Chamarande (91) où ils avaient été recueillis. Au total, 5 chiens avaient disparu des refuges.

Les chiens n’ont pas encore été retrouvés

Prévenue de « vol », elle a finalement été reconnue coupable des faits par le Tribunal de Grande Instance de Chartres qui l’a condamné à 2 ans de prison ferme avec mandat d’arrêt et le remboursement des dommages causés (30/08/2018).



« C’est une peine importante », confirme Maître Xavier Bacquet, l’avocat de la Fondation 30 Millions d’Amis. Pour le rôle qu’il a joué dans l’affaire, son compagnon a lui écopé de 6 mois de prison avec sursis.

Malheureusement, les 5 chiens qui avaient été volés n’ont pas encore été retrouvés. L’enquête est toujours en cours pour tenter de les localiser.

Rappel des faits

En novembre 2013, la Fondation 30 Millions d’Amis était appelée en urgence pour intervenir sur un cas spécial… Alors qu’ils étaient venus pour interpeller une femme accusée de divers cambriolages à Saint-Pellerin (28), les gendarmes d’Illiers-Combray avaient constaté avec effroi qu’elle détenait des dizaines d’animaux dans de mauvaises conditions. Des chiens, non identifiés, vivaient dans une maison insalubre et remplie d’excréments. A l’extérieur, des chevaux affamés et extrêmement maigres survivaient sur un terrain exigu. L’un d’eux boitait et n’avait pas été soigné. Il y avait également des ovins, ni identifiés ni vaccinés. Enfin, un agneau était retrouvé agonisant dans un enclos de fortune : il était gravement blessé à l’arrière train et incapable de se lever.

Pour ces faits, la femme avait été condamnée en février 2018 par le Tribunal de Police de Chartres à près de 30 000 euros d’amende ; ses animaux lui avaient été confisqués définitivement.

Écrire un commentaire

Entrer votre commentaire
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.